Annexe à voile – le Katayak ; par Bernard

 

J‘ai toujours rêvé d’une annexe à voile à bord d’Oboe, pour explorer silencieusement les mouillages, et J’ai longtemps cherché le mouton a cinq pattes.

dsc_0075b

les pirogues Kuna, un peu lourd et long pour faire une annexe, mais joli gréement.

J‘avais d’abord adapté une voile au tiers sur une petite prame toute ronde de 1m80 de long, c’était joli, amusant mais pas très pratique.

imageJ‘ai ensuite acheté un Maora, petit trimaran de 3m en polyéthylène avec l’idée de l’embarquer à bord d’Oboe comme seconde annexe, mais l’ensemble était assez lourd, pas mal encombrant et difficile a assembler à bord. De plus le gréement avec son mat en alu cintré en haut était difficile a gérer a bord. Impossible de replier la voile lattée une fois qu’elle était enfilée sur le mat.

Finalement je l’ai revendu et j’ai embarqué, faute de mieux, un Optimist avec son gréement pour les enfants. Mais les enfants ont grandi et l’Opti restait tout le temps sur le pont, devenu trop petit pour nos 2 ados .

Aux San-Blas je me suis mis à rêver à 2 kayaks qui pourraient remplacer l’Opti sur le pont d’Oboe . Et puis m’est venue une idée pour faire accepter l’abandon de l’Opti a mes enfants: et si on utilisait 2 kayaks en polyéthylène pour fabriquer un petit catamaran qui reprendrait le gréement , la dérive et le safran de l’Opti ?
C’est comme ça qu’est née l’idée du KATAYAK. L‘assemblage serait entièrement réversible et les 2 kayaks utilisables seuls.

Le problème est de réaliser ça au Panama dans un endroit dont je ne connais pas les ressources. La technologieIMG_0100 devra être simple pour pouvoir être construit rapidement. Heureusement j’ai accès à l’atelier de Panamarina, une petite marina tenue par Jean Paul et Sylvie, 2 français installés au Panama depuis 16 ans.
 

La première difficulté a été de trouver 2 kayaks « sit on top » identiques, après une longue journée de recherche à Panama, nous trouvons enfin avec Pauline 2 kayaks Pélican de 3m qui peuvent correspondre. Nous les ramenons sanglés sur le toit de la voiture de location.

DSC_0237Après avoir hésité entre l’alu, le stratifié polyester, ou le bois pour la construction de la structure, j’opte pour le bois et trouve à bon marché des planches de pin rabotées et sans nœuds , je trouve aussi ( moins bon marché!) de la colle epoxy et aussi de la polyuréthane pour les assemblages.
 

Les poutres d’assemblage sont faites avec 2 planches collées en T et renforcées avec des joints congés. Pour me fixer sur les kayaks j’utilise les trous d’auto-vidage, le Pélican en compte 6 donc pas de problème.
 

Une fois les poutres et les pièces d’assemblage réalisées , je fabrique un longeron qui fait banc, puit de dérive , et support pour le safran. Je rajoute une petite chaise moteur sur la poutre arrière , pour lui donner une plus grande polyvalence. La structure du pied de mat autoporté est aussi prise sur le puits de dérive .
 

IMG_0109Le résultat final donne ,après une semaine de travail,

                        • un joli petit catamaran de 3m de Long et de 1m80 de large.
                        • 60 kg au total avec gréement ,dérive et safran (chaque kayak pèse 18 kg). Ça n’est pas super léger mais avec les moyens dont nous disposions…
                        • la charge utile est autour de 200 kg ce qui n’est pas mal pour un si petit catamaran ( le Maora n’en avait que 120),
                        • résultat on peut y monter a 2 ou 3 adultes sans problème.

Au moteur ça avance bien avec très peu de puissance, mon 5 cv est un peu trop lourd et trop puissant, un 2cv suffirait ou peut être un petit moteur électrique.

Quand à la navigation à voile, c’est la bonne surprise, le bateau est très vivant, remonte très bien au près pour un catamaran et grâce à la dérive centrale vire sur place. On a rajouté à la GV de l’Opti un petit foc de 1 m² sur un bout dehors, ça donne de la puissance à la GV de 3,6 m² et améliore le près .

On navigue confortablement à 2, chacun assis dans un kayak. Tout seul le bateau est plus nerveux dès qu’il y a un peu de vent, mais il n’est pas question de lever une coque, je ne suis pas sûr que la structure résisterait . Et puis la surface de toile n’est pas délirante avec moins de 5 m² pour 150 ou 200 kg avec 1 ou 2 équipiers.
 

IMG_0130

Mais les coques sont assez fines, et on atteint très vite la vitesse critique de la carène . Les performances sont supérieures à celles de l’Opti ,avec plus de capacité de charge et plus de confort. La stabilité de l’ensemble est comparable à celle d’une semi-rigide .

Quand a la manœuvrabilité à la voile, avec la dérive je n’ai pas fait un seul manque à virer, et on navigue facilement dans un mouillage encombré. Le Maora ne remontait pas bien et virait très difficilement face au vent.
 

La GV à livarde de l’Opti se révèle plus pratique qu’une voile entièrement lattée comme sur les planches ou les catas de sport, en effet, il suffit de larguer le hâle-bas et l’écoute pour relever la bôme et ferler la GV le long du mat, on peut laisser le Katayak ainsi, amarré a un quai et le regréer au retour facilement. A la pagaie les 2 coques offrent peu de résistance et le rendement est excellent .
 

IMG_0121

Alors j’ai peut être trouvé mon mouton à 5 pattes… Ou au moins à 2 coques!

Bernard

Pour voir le film, cliquer sur l’image ci-dessous.

Image de prévisualisation YouTube

 


11 commentaires

  1. Fred dit :

    Bonjour,

    J’adore l’idée du Katayak. De l’authentique système « D »!!!
    J’ai ces temps-ci une idée un peu similaire : utiliser 2 voiles d’optimist pour gréer un voile-aviron de 4m50, (poids de la coque nue 45kg) conçu pour être équipé d’une voile à livarde de 5,1m², ou un gréement de sloup houari de 7,2m². En général ce type de bateau est gréé par les français en cat boat avec une voile au tiers de 6 ou 7m². Là, on disposerait de 7,2m².
    L’idée serait d’installer deux mâts espacés de 1m50. La voile de misaine recouvrant légèrement la grand voile, ne serait pas bômée et se comporterait un peu comme un foc. Elle serait en outre positionnée un peu plus basse que la grand voile et sa bôme, ce qui donnerait à l’ensemble un petit côté goélette qui ne devrait pas être vilain.

    On m’a prédit que le rendement global serait médiocre, le près en particulier. Je me doute que ce serait moins bon que le près d’un houari, mais par rapport à la voile au tiers, serait-ce tellement moins bien? je m’interroge. Je pense me heurter à des a-prioris sur l’Optimist et son côté bateau pour enfant. N’empêche, je doute. Hors, je construis actuellement la coque, il faut prévoir les emplacements des divers éléments, et il va ma falloir me décider.

    Donc voila, je serais ravi d’avoir votre avis sur la question, car je pense que pour avoir tenté et réussi cet hybride, vous préférez le résultat au purisme et aux idées toutes faites.

    Désolé pour mon long hors sujet.

    D’avance merci, et que le Dieu des vents vous soit favorable.

    Fred

  2. oboedamore dit :

    L’idée des deux mat d’opti ne me paraît pas mauvaise, j’y vois plusieurs avantage, pas cher d’occasion, et très facile à gréer même sur l’eau, ta peu encombrant une fois plié. Mais pourquoi l’idée du recouvrement et de ne pas mettre de bôme au mât avant? Moi je les écarterait pour pouvoir utilisé le côté auto vireur des des voiles bordée avec un palan et un taquet . Si tu recouvres il va te falloir deux écoutes comme sur un foc et alors pourquoi ne pas mettre un vrai foc. Quand au choix d’emplenture de pied de mat, moi j’en prévoirais trois, un devant pour le mat avant , un arrière pour le mat arrière et un plus central qui permettrait un gréement plus classique avec GV et foc, comme ça si tu n’es pas satisfait de ton gréement de goélette tu peux changer et expérimenter autre chose. Et puis c’est marrant d’avoir plusieurs gréement pour un meme bateau.

  3. Fred dit :

    Merci d’avoir pris le temps de me répondre.

    Le positionnement des mâts pose des soucis si je les écarte assez pour faire passer une bôme à l’avant, et je ne peux pas les décaler vers l’avant ou l’arrière sans compromettre l’équilibre plan de voilure/centre de dérive. En outre, je compte un peu sur l’effet de fente entre voile d’avant et GV (je manque d’expérience en voile, mais j’ai pu constater par moi même dans un autre domaine les effets bénéfiques des fentes aérodynamiques notamment sur des volets d’atterrissage à fente et des becs de bord d’attaque, même à faible nombre de Reynolds. D’où l’idée d’un certain recouvrement. Mais bon, je me fais peut être des idées. Ce sont là deux domaines et deux applications bien différentes) pour dynamiser le flux sur le bord d’attaque de la grand voile. De plus, j’aime l’idée que l’équipière n’ait pas une bôme de Damoclès au dessus de la tête, dussé-je perdre un peu de côté pratique durant les virements.
    Les trois pieds de mâts, c’est bien l’idée si je tente la goelette : de toute façon, le pied de mât du plan initial sera installé, et il sera possible de revenir à un gréement prévu. Je me demande en fait si les deux pieds additionnels (ceux de la version goelette) valent la peine d’être installés. D’autant que le grand mât tombe à l’aplomb de la dérive, dont le puits est incontournable. Je vais être obligé d’accepter une certaine assymétrie et de les installer côte à côte, l’un décalé sur tribord de 3cm environ, l’autre sur babord de la même valeur. Sur le plan dynamique ça ne devrait pas gèner, mais à l’oeil cela sera perceptible. Si la version goélette donne satisfaction, cela se justifiera sans peine. Si cette version est abandonnée, l’assymétrie restera. Sans conséquence technique, mais visuellement peut être.

    Je suis très tenté d’essayer, mais à la condition d’être confiant dans les capacités du bateau à faire un près acceptable, (au portant, je ne suis pas inquiet) et d’être assez puissant pour avancer correctement. C’est pourquoi je te sollicite, toi qui a l’expérience de ce genre de gréement détourné et doté d’une voile d’avant.

    Bonne journée

    Fred

  4. Fred dit :

    Alea jacta est!
    Je me suis décidé, cette solution sera testée, j’ai découpé des pièces en ce sens. ça devrait donner quelque chose du genre de ça : http://duckworksmagazine.com/08/howto/schooners/index.htm

    Cordialement,
    Fred

  5. Fred dit :

    C’est fait, ça donne ça :

    [url=http://fotoforum.fr][img]http://fotoforum.fr/photos/2017/08/27.35.jpg[/img][/url]

    Et vous savez quoi? ça marche plutôt pas mal ! Le bateau avance bien et fait un près très honorable. De plus, le look est original et on arrive presque à oublier que ce sont des voiles d’optimist.

    Je suis ravi.

    Fred

  6. Fred dit :

    Cela ira probablement mieux avec ce lien :

    http://hpics.li/0d6dcdf

  7. oboedamore dit :

    Super! Mais le lien que u m’as envoyé ne fonctionne pas :-(

  8. Fred dit :

    Je sais, j’ai envoyé un deuxième message a 7h20, qui a précédé de peu le tiens, avec un lien qui marche.

  9. Fred dit :

    Cela t’intéressera peut être de voir ce que donnent les derniers développements de mon gréement. Toujours à base de voiles d’optimist, on finit par oublier que s’en sont :

    https://www.photorapide.com/images.php?photoName=1517qd.jpg&photoId=1232901
    https://www.photorapide.com/images.php?photoName=15bhz6.jpg&photoId=1232902

    Sympa, non?

    Fred

  10. oboedamore dit :

    Superbe avec le flèche ! Un commentaire de ma fille qui a fait de la compète en opti, ta voile d’avant est pas mal defoncée et surtout le système de Transfilage pour le guindant ne permet pas de bien raidir le point de drisse. Le système de garcette individuelle par œillet comme sur les optis permet un meilleur réglage .

  11. Fred dit :

    Oui, c’est une vieille voile d’occase, dont la principale qualité était d’être bon marché ce qui n’était pas à négliger pour débuter. L’investissement de base est toujours lourd.
    Le flèche a été un galop d’essai, je compte me faire des voiles neuves moi même.
    Le transfilage est un vestige, j’avais installé une drisse et ça marchait mieux que les garcettes pour affaler. Depuis j’ai préférer installer une cargue, j’ai supprimé la drisse, le transfilage est resté. Merci à la demoiselle pour le conseil avisé de compétitrice, je prends bonne note.

    …c’est un peu grâce au Katayack, que j’ai équipé mon bateau de ce gréement. Merci !

Répondre

Apiedmaispasque |
Lilotbambou |
Kangourouroz |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Asiafamily
| ECOLE JEAN DE LA FONTAINE -...
| Plaisir d'écrire et vo...